Blog

  • 1983Views
  • /
  • 3 Comments
  • /
  • in 13 - Thailande, Asie
  • /
  • by arkete

Le centre de la Thaïlande abrite un grand nombre d’anciennes cités royales qui ont, au fil de l’histoire, été déplacées puis pillées laissant un nombre impressionnant de ruines. Nous allons enchainer les visites pendant plusieurs jours mais sans nous lasser car les parcs historiques construits autours de ces sites sont absolument magnifiques.

Nous commençons tout d’abord par Lopburi, où ici les ruines ne sont pas l’unique attraction, puisque des colonies de singes ont littéralement envahies la ville offrant un spectacle vivant plutôt distrayant. Pour éviter qu’ils ne « s’attaquent » aux sacs des touristes, la municipalité les nourrit deux fois par jour. Nous arrivons juste au moment de la distribution du maïs et c’est accompagnés d’une sympathique jeune fille que nous donnerons à manger aux petits et aux plus grands, qui vont même jusqu’à nous grimper dessus. Pourtant Julie essaye de les maintenir à distance avec son petit bâton, mais rien à faire, ces bêtes là n’en font qu’à leur tête !

Suko-3 Suko-4 Suko-7

 

 

 

 

 

Suko-8 Suko-9 Suko-10

 

 

 

 

 

Nous continuons notre ballade dans le parc de Kamphaeng Phet. Des vélos sont en location, pas tout à fait adaptés pour nos filles malheureusement. Malia, assez chanceuse, est sur un porte-bagage rembourré, mais Julie se retrouve dans le sac à dos. Le parc a beau être joli et très tranquille, nous ne ferons qu’un petit tour car le dos de papa souffre !!!

Suko-12 Suko-13 Suko-13-bis

 

 

 

 

 

Classé au patrimoine mondial par l’Unesco, le site de Sukhothai est impressionnant avec ses 21 ruines protégées par des remparts et 70 de plus disséminées tout autour dans un rayon de 5km. Nous pouvons cette fois-ci arpenter les routes de son parc historique avec des montures plus adéquates ! Le temps était jusque là un peu grisâtre, ici le ciel bleu et le soleil sont au rendez-vous ce qui rend la ballade encore plus appréciable. En fin de journée, les touristes sont partis et quelques locaux font leur apparition. Avec la lumière rasante du soleil qui se couche, les ruines prennent une dimension mystique et les reflets dans les eaux des étangs deviennent envoutants. Au réveil, nous rencontrerons Benjamin et …, les premiers globe-trotters dont le véhicule ressemble à peu près à un camping-car. Ils sont venus d’Allemagne avec leur combi-VW aménagé, en passant par la Russie, presque tous les pays en –stan et la Chine en convoi. C’est assez drôle de partager nos aventures respectives et nous faisons durer la discussion une bonne partie de la matinée avant de nous dire à très bientôt, puisqu’ils envisagent de prendre le même chemin que nous.

Suko-17 Suko-16 Suko-18

 

 

 

 

 

Suko-21 Suko-22 Suko-23-bis

 

 

 

 

 

Suko-24 Suko-26 Suko-23 

 

 

 

 

Dernière étape à Si Satchanalai où cette fois ci, un peu fatigués, nous ferons le tour en camping car. La forêt épaisse qui dissimule quelques jolis stupas, abrite aussi une colonie impressionnante d’oiseaux blancs et noirs, plutôt du type échassier. Au vu de leur nid haut perché dans les arbres et de leur apparence on croirait que ce sont des cigognes, mais nous sommes en Thaïlande et on les appellera « grues »… mais le mystère demeure.

Suko-29 Suko-28-bis Suko-30

 

 

 

 

 

En entrant dans la province de Chiang Mai, nous approchons d’une des rares régions qui compte encore de larges forêts de Tek et qui l’utilise aussi bien dans la confection de souvenirs, de mobilier que de maison. A Lampang, on trouve quelques une de ces demeures fabriquées entièrement en Tek, comme la Baan Sao Nak, une belle maison de style Lanna construite en 1895 et supportées par 116 piliers en Tek. Les pièces sont spacieuses et ouvertes sur une terrasse, laissant entrer la lumière… ou la pluie, selon la météo. Cette visite aura également été l’occasion de goûter à la spécialité locale : le Khun Manee (gâteau au riz soufflé aromatisé au jus de pastèque et caramélisé au sucre de palme).

Suko-31 Suko-33 Suko-34

 

 

 

 

 

Plus loin, sur la route nous passons à proximité d’un énorme marché très prisé des locaux, mais qui attire aussi quelques touristes. On peut faire le plein d’insectes et de chenilles pour l’apéritif… ouf, on allait tomber à court.

Suko-37 Suko-35 Suko-36

 

 

 

 

 

Et, le grand jour est enfin arrivé, celui où Malia va exaucer son vœu : monter sur un éléphant… et nous le nôtre : faire en sorte que Malia ne nous demande plus tous les jours, inlassablement, quand est-ce qu’elle pourra monter sur un éléphant. Nous avons plusieurs fois retardé le moment car nous voulions vraiment le faire dans un endroit où les éléphants sont traités correctement. Cela sera donc au TECC (Thai Elephant Conservation Center). Nous commençons par une visite à l’hôpital « Friend of the Asian Elephant » où des vétérinaires spécialisés s’occupent entre autres de l’éléphant le plus célèbre au monde pour avoir subit une amputation d’un bout de patte et reçu une atèle.

Bon, c’est bien gentil de nourrir des éléphants ou de leur chatouiller la trompe, mais Malia ne tient plus ! C’est aux aurores que nous arrivons dans le parc. Où sont les éléphants ? Pas encore réveillés ? Bon allez, dépêchez-vous, on veut notre balade. Ah ! ça y est, il arrive. Mais c’est qu’il est sacrément gros l’animal. Présentation du Mahout (en gros le chauffeur) et de l’éléphant. Nous serons les premiers sur les sentiers et de très très loin !!! Du coup la balade est très agréable : traversée d’un étang, petite grimpette dans la jungle, jolie boucle dans le parc et retour au point de départ. Malia aura même le droit de monter sur la tête de l’éléphant et papa pourra jouer les Mahouts pendant quelques minutes. A l’arrivée les filles affichent un sourire qui ne quittera plus leur visage pendant de longs moments. Nous venons de nous fabriquer un de nos meilleurs souvenirs, à coup sûr.

Suko-39 Suko-40 Suko-41

 

 

 

 

 

Suko-43 Suko-44 Suko-49

 

 

 

 

 

Ensuite, petite visite de l’usine à papier de crottins d’éléphant… et oui, rien ne se perd, tout se recycle. Puis nous avons droit à un show bien animé qui commence par le bain quotidien des pachydermes. Nous concluons notre journée par la nouvelle visite d’un hôpital à éléphants où l’un d’eux se fait soigner. Il a une perfusion, sans doute a-t-il contracté la dengue après une mauvaise piqûre de moustique !

Suko-45

Suko-48 Suko-50

 

 

 

 

 

 

Suko-51 Suko-52 Suko-53

COMMENTS

3 thoughts on “Des ruines, des ruines et des éléphants”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>